Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Le blog de Barbuzard
  • : Autour de l'approche de la plongée sous son abord technique. Plongées sur épaves profondes, spéléo, recycleurs,... Les trucs et astuces matériels, les conseils, les bons plans, les expéditions, les projets, les infos, les coins à découvrir,...
  • Contact

Profil

  • Barbuzard
  • Plongeur entre deux-eaux. Passionné et curieux, je suis un touche à tout avide de connaitre de nouveaux horizons et toujours partant pour de nouvelles aventures.
  • Plongeur entre deux-eaux. Passionné et curieux, je suis un touche à tout avide de connaitre de nouveaux horizons et toujours partant pour de nouvelles aventures.

Recherche

Archives

6 septembre 2009 7 06 /09 /septembre /2009 11:57
Ces quelques jours qui viennent de s'écouler ont été pour chacun de nous l'occasion de prendre un peu le temps d'apprécier le résultat du travail accomplis. Nous sommes en plus pour la plupart retournés sur le chemin du boulot. Ces quelques jours au Portugal riches en expériences, émotions, enseignements et en rencontres ont aussi été, disons le, physiquement assez rudes.
Imaginez, sans compter ce que chacun apportait par ses propres moyens, le Barbuz'van était chargé de non moins que d'une tonne cent de matériel... Et oui pour mener à bien ce genre d'expédition et afin d'avoir une autonomie complète, c'est 3 B50 d'oxygène et une d'hélium, un compresseur, de la chaux sodée, un nombre incroyable de relais (pas moins de 14 blocs pour ma part), le recycleur, les pièces de rechange et outillage, etc...
Grace à l'oeil (et aux bras) d'Alex, tout ceci est entré dans le véhicule... C'était sans compter sans les aléas de la route car à mis chemin (du côté de Vitoria), le pneu arrière gauche décida de nous lâcher avec une grosse hernie sur la bande de roulement. 150kms à vitesse réduite sur l'autovia, jusqu'à Briviesca... Heureusement le lendemain matin un garage non loin de là nous aura permis avec son matériel pro de nous éviter la longue manutention du chargement pour positionner la roue de secours...
Une fois arrivés sur les lieux, c'est donc le transfert de l'ensemble du matériel nécessaire à nos plongées (hors mis les recycleurs) qui a été transféré à l'intérieur de la grotte. Les conseils de Piotr nous ayant été d'un grand secours...
Pas loin de 2h d'efforts...
La première surprise sera pour ce soir là le rendez-vous manqué avec Martin Burgui, notre plongeur extra-terrestre... Nous devions nous rencontrer à 19h et c'est finalement avec quelques 10h de retard, en pleine nuit à la belle étoile qu'il arrivera à l'ancienne école de Covao Da Feto... Loin d'internet il n'a pas reçu les consignes. Il revenait d'une longue plongée dans une cavité non loin de là, ayant effectué 200m de première et 5h de plongée méritée car 2h de marche sont nécessaires pour accéder à l'eau...
Très vite avec Laurent, nous envisageons de mettre en pratique notre apprentissage de la topographie des lieux, avec l'aide des dernières instructions de Martin. Nous partons donc pour un peu moins de 2h de plongée avec un point bas dans la galerie principale à -70m. Objectif repérer les lieux, poser des flèches et avancer des relais.
Nous ressortons emballés par la vision de ces lieux magnifiques qui ne ressemble que très peu à ce que nous pouvons avoir dans le Lot. Ici cela n'est pas qu'un conduit principal mais de nombreux shunts et départs latéraux... Une véritable dentelle... MAGIQUE!!!
Au bout de pas mal d'efforts, à l'arrivée de Jérôme, nous arrivons à positionner enfin la cloche de décompression par -12m, ce qui nous permettra d'effectuer nos paliers au sec, sous O2 avec plus de sécurité en cas de pépins. "De la thérapie préventive" comme aime à le présenter Jérôme.

Lors de ce gros boulot, nous nous rendrons réellement compte de l'aide précieuse et des grandes compétences de plongeur spéléo du père Martin.
Martin est un chic type, discret, qui vit à Irun, au bord de la frontière Franco-Espagnole, au Pays Basque. Il est à l'origine de nombres de découvertes dans Alviela. Jérôme l'avait rencontré il y a quelques années après lui avoir chipé la première d'une grotte qu'il explorait. Contrairement aux habitudes, Martin en fût très heureux. Avec lui, nous passerons donc une super semaine sur et sous terre. En plus c'est là l'occasion de pratiquer activement la langue de Cervantes...
Arrive enfin le jour de la pointe (décalée car de nombreux imprévus nous y auront contraints). Comble de malchance pour nous, Jérôme est très enrhumé et ne peut envisager une immersion dans ces conditions... Rapidement, les regards se tournent vers Laurent qui tel un pilote d'essais chez Ferrari se voit confier la mission de ce Grand Prix au pied levé. Et c'est là que nous nous rendons compte de toute l'utilité d'avoir pris du temps jusqu'au dernier moment pour nous entraîner à tout envisager. Et hop, en quelques minutes, sa configuration de plongeur d'assistance à -80max se transforme en plongeur de pointe... Le sort ayant décidé que les deux Padawan du pote Tautaz seront de la première sur cette expédition. Y serait-il pour quelque chose???
Comme Laurent l'a si bien raconté dans le précedent article, ce fut une réussite en tout points. La plongée la plus profonde (-134m), la plus loin (950m environs), assortie de 50m de première mais nous avons rencontré une étroitue par -127m et un sol argileux qui aura dégradé très vite la visibilité. Comme il l'a dit, c'est le paramètre TTS qui nous aura obligé au demi-tour...
Qu'à cela ne tienne, nous avons effectué là pour nous deux notre première LOOONNNNNGGGUUUUEEE plongée avec 6h40!!!
Mais comme une aventure nous réserve toujours des surprises, le même jour notre ami Martin a découvert un nouveau départ dans la zone des -45m... Rendez-vous est déjà pris pour une nouvelle plongée le vendredi, veille du départ pour moi. Laurent ne pouvant nous accompagner de par son emploi du temps serré... Las Jérôme lui doit nous quitter avec une pointe de déception pour lui de n'avoir pu plonger mais avec la satisfaction de voir que l'expé a été productive. De plus ses précieux conseils et sa riche expérience nous auront été fondamentaux pour cet exploit.
Après une journée de repos à visiter et deviser, nous reprenons donc, Martin et moi, le chemin de la vasque... Alex qui aura été aussi d'une aide immense (il n'est pas dit qu'elle croira la brochure publicitaire des vacances au Portugal la prochaine fois), nous suivra depuis la surface afin de nous aider à remonter le matériel à l'aide d'une corde depuis le fond.
Lors de cette sortie, je serai en serre file derrière Martin afin de prendre des images pour le SPE et lui-même, mais aussi pour apprendre de sa technique. Nous partons donc avec l'idée de ne pas faire plus de 4h de plongée. La fatigue s'accumulant, nous ne souhaitons pas nous cogner encore de longues heures de décompression.

De nouveau cette belle ballade dans la gallerie jusqu'à la "salle de l'anguille" ainsi nommée car l'une d'elles avait été vue à la surprise générale quelques années avant (pour ma part, j'en ai aperçu une à -80m lors de la pointe). Hop, un nouveau fil part sur le côté et là... Une superbe cheminée, large, que Martin a découvert deux jours avant. La suite se trouve quelques mètres plus haut et se poursuit en s'enfonçant plus profondément dans cette roche sédimentaire (les différentes strates nous offrent des formes et des couleurs magnifiques).
Stop! -67m, le fil s'arrête, là encore tel Lucky Luke, Martin dégaine son dévidoir (300m de fil dessus en 3mm!!!) et nous partons à droite. -80, -85, -88... Le KISS dans cette configuration avec sa spécificité de recycleur fermé manuel, possède, contrairement au Boris qui a un solénoïde pour injecter l'oxy, une buse avec fuite permanente qui correspond au métabolisme du plongeur. Ce système est donc limité par la moyenne pression que va lui délivrer le détendeur. Et donc à vos calculettes, à -90m, nous somme à 10 bars de pression absolue, soit ce que délivre un premier étage... Avec prudence donc, mon chef de fil (c'est le cas de le dire) avance prudemment, l'oeil rivé sur l'écran, jusqu'à une pointe rocheuse afin d'accrocher la ligne. -95m!!! Soit près de 60m de première...
Décidément Alviela est sympa avec nous.
Là, je gonfle mon volume pour rentrer, "Pschiiit...!". Plus rien dans ma 3l d'air... Il faut dire que le profil en yo-yo de ce début de plongée a tapé dans la réserve. Qu'à cela ne tienne, la bonne préparation m'a fait envisager ce cas et je branche un relais 18/65 sur mon étanche... Ça va cailler (l'hélium est un gaz très conducteur thermique donc très mauvais isolant)!
Les paliers profonds nous annoncent déjà que vu ce qui nous attends, nous devrons dépasser de plus d'une demi heure l'objectif de départ.
Martin est un adepte des "deep-stop" ce qui fait que nous prolongeons volontairement les paliers bas et adoptons une vitesse de remontée très lente. Arrivés en haut du puits à Martin, la redescente de 8m nous autorise à une nouvelle progression à fond de scoot vers la "salle de l'anguille". Récupération des blocs de secours, nous repartons dans la galerie plus ou moins horizontale vers une remontée jalonnée d'autres blocs de sécu et de stop de plus en plus longs. En chemin nous rencontrerons des habitants des lieux, petites crevettes, vers blancs de la taille d'un grain de riz, mais aussi deux écrevisses...
Enfin nous arrivons au niveau de la cloche. Abandonnée là tel le LEM quelques 40 ans plus tôt dans d'autres cieux, c'est tout un ensemble de blocs, détendeurs et scooter qu'il va falloir remonter en surface. J'ai la réelle impression d'être un remorqueur, plus un anneau de libre. Là il me faut gonfler à fond mon vêtement étanche pour ne pas rester collé au fond. Mais, le peut d'air encore contenu jusque là ne suffit plus et une fois délesté de tout cet attirail, le froid s'empare de moi... Et là, "tilt!", j'ai une 7l d'oxy avec un direct-système... Petite manip', vidage de l'étanche, rinçage à l'O2 et ouf, le chauffage central est revenu!!! C'est que là nous avons encore 25' à 9m puis 90' à 6m à respecter...
Pour le dernier palier, je vous passerai la fuite sur ma 3l d'oxy, qui me fera faire des rinçage du recycleur la main sur le robinet, sous les yeux interrogateurs de Martin. Je pense que là aussi, le "What if" est un exercice qui ne s'improvise pas et je suis heureux de savoir qu'au cas où, j'ai toujours à ma disposition suffisamment d'O2 si mon fidèle Boris venait à prendre des vacances (un indicateur de cellule montrant une incohérence sur le primaire avec le secondaire)...
Enfin dehors, le temps de saluer Laurent et Nadège qui nous quittent, avec Alex et Martin, nous nous retrouvons à notre QG d'Alviela, autour d'un super plat de grillades (les parts Portugaises sont très généreuses). De là, nous devisons sur cette nouvelle superbe plongée et sur les futures expéditions à faire ensemble, car c'est certain que nous retournerons avec Martin.
La fin de la journée sera très laborieuse car après avoir respecté un repos de 4h30 depuis la sortie de l'eau, tout les trois nous attelons à vider la grotte de l'ensemble de notre matériel encore présent. Et c'est à nouveau deux heures et demi d'effort, à bouger blocs, recycleurs, scooters et sacs de matériel divers, à la main et à l'aide de la tyrolienne...
La nuit suivante se voudra reposante, mais le réveil une nouvelle fois de bon heure car c'est l'ensemble de l'équipe du SPE qui vient aux nouvelles. Il faut dire que pour eux, nous avons plein de bonnes nouvelles à leur fournir ainsi que de nombreuses indications pour leur travail de topographie...
Re-vidage du van et re-remplissage, nous allons enfin profiter d'une belle journée de vacances avec Alex...
Qui a dit que j'étais un super commercial???

Pour cette semaine d'expéditions, il y a beaucoup de monde à remercier, car sans eux les difficultés rencontrées auraient été quasi insurmontables. Donc je tiens à citer:
-David, qui nous a fait tous nous rencontrer et qui nous a transmis à Laurent et moi sa passion pour la plongée sout' ainsi que son énergie pour mener à bien ses projets. Là où la vie l'a mené, je veux qu'il sache que nous pensons toujours très fortement à lui et qu'il est toujours près de nous dans ces moments là.
-Jérôme et Rose pour nous avoir accueillis et supporté (dans les deux sens du terme) lors de nos séjours dans le Lot.
-Nos compagnes pour leur aide et leur compréhension face à notre démarche.
-Manu et Nadia qui ont aussi permis nos rassemblement et soutenu dans les moments difficiles.
-Nos partenaires (Metalsub, SF Tech, Go2) qui croient en notre projet.
-Les amis (les deux Alain, Nico, Gery, Jérôme P., Steve, Denis, Jean-Louis et les autres) qui ont croisé les palmes à nos côtés cette année et qui continueront à le faire.
-Le SPE, qui nous a fournis un logement parfaitement équipé à 20' d'Alviela, qui a cru en nous et qui démontre une farouche volonté d'aller de l'avant.
-Les amis de la "Magic Island" qui me permettent d'illustrer nos images avec une musique qui correspond toujours à l'ambiance dans laquelle nous évoluons.
-Les pionniers qui nous ont montré le chemin à suivre.
-Ceux qui par leurs messages nous ont donné l'envie de poursuivre quand le sort s'acharnait.
-Tous ceux que nous avons croisé sur le chemin.



Mais ça ne s'arrête pas là, car très vite, je vais rejoindre Nico, Gery et Jérôme pour une nouvelle exploration du côté de Lussac... Et bientôt, le Tho Pa Ga???

L'aventure continue...
Partager cet article
Repost0

commentaires

alexouille 20/09/2009 13:10

merci pour ces bonnes vacances reposantes et touristiques!!!!

Barbuzard 25/09/2009 15:14


On repart quand tu veux...


Emmanuel 10/09/2009 19:14

J'ai beaucoup aimé le moment "tete à claques" de Laurent sous la cloche !!!!!!!Beaux moments !!!!!A mon avis, et je m'y connais, votre pote Boris...... Il est pas un peu lourd ?????Encore bravo !!!!!

Claire 08/09/2009 23:42

Scotchée à l'écran !

Pauline 07/09/2009 12:55

On s'y croirait :)

Barbuzard 08/09/2009 07:56

Merci...