Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Barbuzard
  • Le blog de Barbuzard
  • : Autour de l'approche de la plongée sous son abord technique. Plongées sur épaves profondes, spéléo, recycleurs,... Les trucs et astuces matériels, les conseils, les bons plans, les expéditions, les projets, les infos, les coins à découvrir,...
  • Contact

Profil

  • Barbuzard
  • Plongeur entre deux-eaux. Passionné et curieux, je suis un touche à tout avide de connaitre de nouveaux horizons et toujours partant pour de nouvelles aventures.
  • Plongeur entre deux-eaux. Passionné et curieux, je suis un touche à tout avide de connaitre de nouveaux horizons et toujours partant pour de nouvelles aventures.

Recherche

Archives

13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 02:42


Je vous transmet ce communiqué et notez déjà la date sur vos agendas:

"Bonjour,

La commune de Trébeurden (22) et le centre de plongée le Cap Trébeurden créent le 1er Festival d'images sous marines sur les "Epaves" , qui se déroulera les 20-21-22 mai 2011.

En concours - Films & Photos / Des conférences animeront également ce week-end. Durant toute la semaine la commune organise des évènements autour du milieu maritime en partenariat avec les acteurs incontournables tels ; le Pôle Mer - les pêcheurs - aquaculteurs - ostréiculteurs - biologistes - scaph pro - le monde de l' énergie renouvelable ......

Pour avoir plus de renseignements vous pouvez venir nous voir au stand du CAP TREBEURDEN au salon de la plongée ce week-end à Paris, ou nous laisser un mail à cette adresse auquel nous répondrons dans les plus brefs délais.

Nous comptons également sur votre concours pour diffuser l'information auprès des personnes susceptibles d' être intéressées pour participer à ce 1er Festival de l'image sous marines Epaves. Les inscriptions se feront à partir du 20 janvier 2011

Cordialement

Les organisateurs"

 

Festival-de-l-image-ss-marine-Epaves-Trebeurden.jpg

Repost 0
Published by Barbuzard - dans Epaves
commenter cet article
5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 01:59

Je relaye ici les infos de Jean-Louis sur l'ouvrage auquel j'ai participé en réalisant des plongées pour le DVD.

A noter qu'il sera disponible au Salon de la Plongée 2011 à Paris-Porte de Versaille.

baie.jpg

LE DERNIER OUVRAGE DE L'EXPEDITION SCYLLIAS

Avec Epaves en baie de Lorient, le patrimoine immergé morbihanais, via un concept novateur, associant un livre d'une centaine de pages au format 15x21 richement illustré et un DVD avec un documentaire vidéo de 26 minutes, est à l'honneur ! La dynamique équipe de l'Expédition Scyllias nous entraîne à nouveau dans son sillage à la découverte d'une sélection des douze plus intéressantes épaves sommeillant sous les flots de la baie de Lorient. Dans cet ouvrage original, agrémenté de nombreuses photographies, un surprenant musée englouti défile au fil des pages, véritable patrimoine immergé valorisé avec soin et agréablement présenté. Le DVD, réalisé par la société Sous la mer production, apporte le dynamisme et la magie de l'image à la partie écriture, complétant de fort belle manière un travail remarquable qui ne peut que donner aux plongeurs l'envie d'aller saluer ces vieilles dames de fer, et à l'amateur d'histoire maritime une vision différente et souvent inédite de ces fiers navires.
Ce concept de livre-DVD, initié par l'Expédition Scyllias, vise plusieurs objectifs : sensibiliser un public le plus large possible au monde sous-marin et aux merveilles englouties qu'il recèle ; l’inviter à découvrir ce passé oublié sommeillant sous la mer ; établir des passerelles concrètes entre le passé et le présent ; améliorer sa connaissance de l'Histoire et stimuler son intérêt pour cette fascinante discipline qu'est la plongée sous-marine sur les épaves contemporaines ; enfin, le guider à la rencontre d’un fabuleux musée à portée de palmes.
Ainsi, grâce à ce livre-DVD, il est dorénavant possible de découvrir une exceptionnelle richesse patrimoniale reposant à faible profondeur, témoin de deux siècles d'histoire et d'architecture maritime contemporaine. De l'épave de l'Isère ayant transporté, jusqu’à New York, la fameuse statue de la Liberté, en 1885, à celle du luxueux paquebot Evangéline, naufragé en 1921, en passant par l'énorme drague Bassure de Baas ou d'autres, plus connus, tels les U 171, Sp 134 ou V 709, lecteurs et spectateurs s'immergent avec plaisir dans un passé à la fois lointain et pourtant si proche. Il s'agit là d'une partie de la mémoire de l'Europe, de l'histoire de ses peuples, de ses marins, qui ressort de l'oubli et s'expose aux yeux de tous par la magie de l'écriture et l'enchantement de l'image. Une plongée au sec dans une page d'Histoire dont nous sommes tous les héritiers et dont nous avons tous envie de connaître certains aspects par trop méconnus parce que recouverts d’un linceul marin. A consommer sans modération !

Sortie nationale : janvier 2011 ; tirage exceptionnel à l'occasion du Salon du livre de mer organisé à la Cité de la Voile Éric Tabarly de Lorient où nous étions présents pour des séances de dédicaces.

Disponible au tarif de 20 euros + frais de port (possibilité d'envois groupés) directement auprès de Jean-Louis Maurette (jeanlouismaurette@free.fr).

Repost 0
Published by Barbuzard - dans Epaves
commenter cet article
3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 23:40

Nous en avions parlé entre nous, bien préparé. Nous avons scruté le ciel, la mer, les documents, les cartes, fait tourner les ordinateurs pour trouver les bons run-time, les bons gaz... Le week-end de la Pentecôte, enfin, le feu passe au vert.

Avec mes amis AlainS et Jean-Louis, le scénario est bien rôdé. Je descendrai devant avec mon recycleur, le scooter et la petite nouveauté, la caméra GoPro et son caisson "Captain". 5' après mes deux collègues en ouvert se lancent à leur tour sous le top de Jean Louis. Ils sont au Trimix 15/40. Ce décallage va nous permettre de faire le début de remontée ensemble.

Sur le plan de départ, nous préférons jouer le joker en abandonnant le dimanche pour peaufiner les préparatifs afin de profiter d'un lundi plus clément en terme de vent. Un très bon choix collectif.

L'objectif de cette plongée est l'identification en relevant si possible des détails sur le bâtiment coulé là au large de Groix. J'essayerai de tourner quelques images avec le nouvel outil. Malheureusement, la fixation improvisée la veille n'est pas parfaite et j'aurai de belles images du nez du scooter et très peu de l'épave. Qu'à cela ne tienne, les yeux et la mémoire feront leur travail. Et pour plus tard des plans de platine sont en route...

Après des préparatif et un trajet sans problème, nous localisons rapidement l'épave. Still 8

Bateau chargé

Still 5

En route!!!Still 6

C'est là, dessous, à 85m au sondeur!

L'écho décroche assez bien sur mon sondeur et la gueuse est lancée. Nous avons maintenant les temps de nous préparer en attendant l'étale de marée...Still 4

Préparation du Boris

 

Arrivé au fond après une belle descente dans cette mer d'huile, je me pose sur le flanc du navire. Pas de doute, ce n'est pas un soumarin. Cela ressemble fortement à l'épave au canon, mais sur le côté. Un rapide tour, il est bien sur tribord. Passons au fond, pas mal de vie, des langoustines défendent chèrement leur place.

Je retourne vers l'avant et le halo des phares de mes amis se rapproche. Sur ma gauche se découpe une silouette familière, c'est le canon. Visiblement un 8,8/45 avec deux gros boucliers latéraux. Une pièce très utilisée par l'armée Allemande entre 40 et 44. Pas de doutes, il semble que ce soit un patrouilleur Allemand.Still 1

Une image du canon (peut mieux faire)

 

15', il est temps de remonter pour suivre les prévisions du run-time et surtout respecter le choix des BailOuts. J'ai 60' de TTS... Les deux compères remontent eux aussi et vont me doubler vers -36m, ils ont moins de déco...Still 7Rendez-vous au casse-crôute!

Still 3

Plus que 35' de palier...

 

Enfin, après un dernier palier à 6m de 24', je sort la tête de l'eau. A bord, ça devise déjà fort sur les possibilités de navire. Mais, place au casse croûte où nous profitons de cette météo exceptionnelle. Rarement vu une mer d'huile pareille.GOPR0033.JPG

Boh ils ont déjà commencé sans moi...GOPR0036

Picnic sur une mer d'huile...

 

La route du retour est un régale et le Barbuz'boat bien chargé en matériel file 30 noeuds sans problème...Still 10

150 chevaux hurlants

 

A coup sûr, cette plongée en entraînera d'autres jusqu'à ce que cette inconnue nous livre tout ses secrets.

Je profite de cet article pour remercier Jean de Reydet pour son soutien et gageons qu'il ne sera pas déçu de la confiance qu'il nous accorde.

Repost 0
Published by Barbuzard - dans Epaves
commenter cet article
24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 23:14
Pendant que certains sont à Lussac pour effectuer des explorations dans le cadre du partenariat entre la FFESSM et la ComAGA, les collègues de "l'Expédition Scyllias" participaient à une conférence avec comme sujet le U767.
Le but de cette soirée dans les locaux du CS Lorientais était de montrer les différentes facettes dans l'approche d'une telle expédition (historique, technique, navigation, humain,...). Pour cela, Jacques a effectué un montage vidéo aidé du reportage du 20h de TF1 et de ses images tournées au fond.  Il a ainsi pu illustrer avec l'aide des quelques interventions, chacun apportant sa pierre à l'édifice. Ainsi, Alain Gautron a expliqué l'aspect technique, Jean Louis Maurette s'est attardé sur l'historique du bâtiment, Jacques Le Lay sur la prise de vue. Quelques questions ont permis de prolonger le débat qui a suivi ma projection.
Il est intéressant et très instructif pour la suite de constater que la symbiose est importante pour la réalisation de tels objectifs.

Quelques chiffres:
- 3 plongeurs en circuit ouvert avec chacun un Bi 12l de trimix 18/30, un relais nitrox 40 et une déco oxygène pur.
- 1 plongeur recycleur CCR Ouroboros avec un diluant Tx 10/60 (PpO2 au fond 1,2 et 1,4 en remontant, 1,6 à 6m), bail-out de 18/75, 30/55 et 02.
- utilisation d'une B50 d'Helium pour les gaz et de 150 bar d'O2.
- oxygénothérapie à bord de chacun des deux bateaux (permettant plus de 90' de traitement pour deux plongeurs), ainsi que tout le matériel nécessaire aux secours.
- 2 caméras HD, dont une équipée d'un caisson et de 4 phares HID vidéo.
-
2 semi rigides.
- 30 milles nautiques de navigation.
- 2 personnes nécessaires pour une bonne sécurité en surface (facilitée là par une météo très clémente).
- 55 litres de carburant au total.
- 15' de temps fond, 45' de décompression.
- épave mesurée au sondeur entre -72 et -75m (-67m pour le périscope).
- et un nombre incalculable de belles images dans la tête ainsi que de bons moments de rigolade.
- plusieurs mois de préparation et une solidarité qui a trouvé ses liens dans les moments passés ensemble à discuter de la définition des projets.
- une expérience individuelle et donc de nombreuses heures indispensables au bon déroulement de telles plongées.

Mais, je vous laisse plutôt vous régaler devant les images montées par Jacques:


Bon, à quand la prochaine???
Repost 0
Published by Barbuzard - dans Epaves
commenter cet article
4 octobre 2009 7 04 /10 /octobre /2009 22:29
Comme promis, je vous amène les images de cette expédition sur le U767. Ce soir nous avons pu apprécier l'excellent travail de reportage de Christian Roche pour le JT de 20h sur TF1. On y retrouve les superbes images que Jacques a tourné, les anecdotes de Jean Louis sur le naufrage et mes deux compères Alain en action sur et sous l'eau. Bref je vous laisse apprécier...


Reportage Christian Roche - Images Christian Roche et Jacques Le Lay
pour TF1
Repost 0
Published by Barbuzard - dans Epaves
commenter cet article
27 septembre 2009 7 27 /09 /septembre /2009 23:00
Comme dans "l'agence tout risque", j'aime...
Une fois n'est pas coutume, j'ai ce week-end plongé avec les membres de l'Expédition Scyllias. Le but de cette rencontre était la prise d'image pour la réalisation d'un reportage télé, un mini documentaire pour Jacques et des photos pour le futur bouquin de Jean-Louis. Bref de quoi s'occuper.
Ce matin donc départ tôt car deux heures de route avec Alain (qui se sacrifie pour la sécu surface) et rendez-vous nous est donné à 10h sur zone. Pour passer le temps lors de notre traversée nous aurons la chance d'écouter "Radio Bonheur" et ses dédicaces et autres résultats sportifs... Vite! Arrivons!!!
Une fois sur place, je reconnaît un bidouze noir, celui de mon ami Arnaud (Tatasse pour les intimes), qui part lui sur le Giorgio Bay avec quelques plongeurs du coin. Passons sur les péripéties qui émaillent leurs préparatifs, pour se dire que pour une fois que ce n'est pas nous...
Avec nous aujourd'hui nous avons Christian, journaliste et caméraman pour TF1. Il scrute chaques détails de notre préparation.
Le mouillage sur le U767 s'effectue à l'aide d'une lourde gueuse de 50 kgs afin de ne pas perdre l'aplomb du sondeur. Nous aurons ainsi le plaisir d'arriver à moins de 2 mètres du kiosque.
Afin de faciliter notre progression et notre déco, nous décidons de partir Jean-Louis et moi en premier puis 3' plus tard Jacques et Alain (non, pas le sacrifié, l'autre...). Belle descente, rapide, Boris marche au taquet (normal avec ce que je l'ai bichonné), la visi est claire, cela promet... 3' pour arriver au fond et Jean-Louis mitraille déjà à fond, puis part à bloc vers l'arrière, puis revient vers l'avant. Les grappes de congres émergent ça et là. Un véritable HLM... Les homards et tourteaux sont énormes.
Sur le pont supérieur, il faut faire tout de même attention car un filet est accroché sur toute sa longueur. En contrebas, c'est un ballet de congres en pleine eau qui s'offre à nous. Arrivés vers l'avant, nous admirons les pales de profondeur, les trappes,... Puis demi-tour vers le kiosque où nous retrouvons Alain suivit de 4 gros phares derrière lesquels Jacques se cache. De bien belles prises de vue.
T+15, il est temps de songer à remonter, nous sommes pile poil sur le mouillage. Débute alors notre déco. J'ai à gauche celle de Boris, à droite celle du VR3 pour gérer celle de Jean-Louis (en circuit ouvert au 18/30, Nx40 et O2). Le décalage de 3' nous permet de ne pas être comme sur les grands boulevards au palier.
Tout ce passe bien et la météo généreuse nous permet de ne pas nous faire secouer. Quelques prises de vue supplémentaires en remontant et déjà les 60' de run-time total sont atteintes. Retour en surface.
Christian nous accueil avec quelques questions qu'il s'empresse de mettre dans la boîte. Et, après avoir grignoté nous retournons dans des conditions toujours aussi bonnes.

Bon, promis, dès que j'ai des images je vous mets ça en ligne.
Franchement, si c'est pas le bonheur...
Repost 0
Published by Barbuzard - dans Epaves
commenter cet article
22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 22:39

Suite à son changement de POD, conséquence de mes ennuis de juin dernier, Boris (enfin son cœur électronique et la section central) est allé se promener depuis le retour d'Alviela. Il est actuellement au service SAV du fabricant, à Poole au Royaume Uni. Pendant ce temps, j'ai pu utiliser, grâce à notre entraide et à la sympathie de Jérôme, son frère jumeau (le #002, le mien étant le #004) afin de plonger avec Nico à Lussac (j'en parlerai dans un autre article). Donc d'ici là je retrouve mon bon vieux bidouze (qui m'a permis de faire l'assistance pour les plongées du dimanche). Demain je retrouve mon cher Martin avec lequel nous avons passé la semaine à Alcanena. De passage pour visiter la région, nous allons demain plonger sur le U171 (tiens donc?). Et c'est donc 1h à regarder mes cadrans dans le sous-sol. Nx 28 dans le dos et oxy sous le bras, je tacherai de montrer à Martin les différents endroits marquants de cette épave qui n'a plus que très peu de secrets pour moi. Le kiosque, le périscope, les trappes, les balastes, le canon,... Tant d'endroits que je pourrai dessiner les yeux fermés. À mon tour donc de montrer le chemin à mon extra-terrestre qui m'avait emmené dans sa planète à la découverte de sa galerie à Alviela. Et chance pour nous, l'été a décidé de jouer les prolongations.
Repost 0
Published by Barbuzard - dans Epaves
commenter cet article
6 août 2009 4 06 /08 /août /2009 14:49
L'expédition au Portugal approchant à grands pas, et profitant d'une fenêtre météo favorable (et oui ce mois d'août semble être dans la continuité de celui de juillet), il me semblait bon de se tester sur une plongée longue.
La géologie bretonne ne m'étant pas favorable question plongée sout', je me suis donc rabattu sur notre bon vieux soum'. Hier donc, j'ai opté pour une config' spéléo (scout', relais BO comme si j'empruntais une cave) avec un fond suffisamment important pour avoir un "plafond" virtuel mais pas trop pour pouvoir rester un temps suffisant. Le U171 avec sa situation à 38m (suivant les marées) et les failles de roche alentours représentaient donc pour moi l'endroit tout indiqué. Un site qui a mon affection car ce fut une de mes première "tôle" à mes débuts et le souvenir d'un très bon week-end avec Denis et David il y a quelques années...
Pour cette plongée j'ai donc utilisé un bon 10/50 pour nourrir Boris, un Nx36 pour la remontée dans une S80, de l'air dans une 3l pour les volumes, avec un détendeur afin de dégager jusqu'aux premiers paliers et une grosse 12l alu pour l'O2. Totale autonomie en gaz donc. Côté fil, 2 dévidoirs de 100m, 2 spool de 30m, des flèches.
L'exercice consiste donc à descendre sur l'épave, déposer l'O2, installer du fil, un cookie puis partir dans l'axe du U-boote vers l'avant avec le soot en déroulant les 2 dévidoirs.

Rendez-vous donc le matin à Kerroch', j'y retrouve donc Alain accompagné de Jean-Louis. Ils ont eux pour objectif de plonger sur le "Chasseur 16" afin d'y prendre quelques photos pour un prochain ouvrage. La mer est plate, je prépare donc le matériel tranquillement à bord en surveillant leurs bulles du coin de l'oeil.

Calibration, vérification des 20 points de contrôle de la pre-dive, chauffage de la chaux, tout est ok. La cellule neuve réagit parfaitement, merci Nico.
Mes deux compères remontés à bord, ils m'annoncent que le canon de cette épave n'est visiblement plus là. Acte volontaire de la DRASSM ou de quelques individus indélicats??? Nous préférons croire en un ensablement de la pièce d'artillerie.

Le temps est venu maintenant de faire route vers le deuxième point de la journée. Alain est à la barre, je m'isole sur l'avant du Barbuz'boat pour faire le point. Impossible de manquer quelque chose. Je pense à un ami qui n'avait de cesse de me pousser à m'organiser. Il aurait été content de partager cette plongée à mes côtés. Il sera là tout de même, j'embarque ses flèches, Tautaz sera sur le soum'...


Ces derniers jours, la météo ayant été excecrable, j'ai eu le temps de surfer non pas dans ma rue (quoique j'aurai pu) mais sur le site remarquable de Jean Michel Kéroulé. J'y ai relu toute la découverte du U171 ainsi que l'explication supposée du torpillage de l'avant de cette épave. Le travail d'archive est impressionnant et je vous invite à admirer le travail réalisé en cliquant ici


Alain et Jean-Louis décident de m'accompagner sur le debut de la plongée. Alain sécurisant le mouillage et apportant l'aide indispensable pour la mise à l'eau et Jean-Louis scrutant les détails de cet engin qu'est l'Ouroboros. Son appareil photo argentique me mitraille le long de la descente et tout autour de la progression sur le kiosque. Là j'ai une pensée sympathique pour Jacques qui serait heureux de constater que ce genre de photo est toujours usitée actuellement. Bon pour le Speed-graphic c'est pas gagné mais l'esprit est là.


La plongée se déroule parfaitement comme prévu, je pose mon fil sur l'avant près du kiosque direction les débris avant. La visibilité me permet de voir très rapidement le canon gisant parmis les pièces de tôle. La photo du site "archeosousmarine.net" va remplacer pour cette fois une prise de vue perso.

Le recycleur fonctionne sans problèmes. La PpO2 réglée sur 1.2. Le scoot UV18 est sur 5. Je flotte maintenant droit devant moi au dessus d'un univers minéral. La roche est ici très tailladée, pleine de failles. Je comprend pourquoi nous avions eu tant de mal à trouver cette fichue épave lors de notre première sortie avec Denis, Laurent et David, un beau week-end d'octobre 2007...

Au bout de mes deux dévidoirs, je m'exerce à une chose qui peut paraître simple pour celui qui n'a jamais fait cela, rembobiner le fil sans boucle vide et de façon parfaitement équilibrée. Et deux fois 100m c'est sympa à faire... Quelques coquettes me soutiennent dans ma démarche, leur oeil curieux à quelques millimètres de mon masque, telles des sarres méditerranéens... Derrière moi, des lieux jaunes me suivent, on est proche de l'épave.

De retour au kiosque, déjà une heure de passée. J'envisage une recherche d'objets perdus par des plongeurs précédents autour de l'épave. Je file sur bâbord et trouve en bout de fil un splendide tubas bleu, puis une petite loupiote jaune à LED. Certainement ceux que nous avons vu partir à notre arrivée car elle était encore allumée (pas le coup de la mob' marseillaise)...

Re-rembobinage, récupération de l'O2 sur le pont, vient le temps de préparer le mouillage pour une remontée lente et studieuse. J'écarte l'ancre, gonfle légèrement le parachute de levage de manière à laisser la chaîne traîner au fond loin des débris, avec l'ancre à 2-3 mètres au dessus du fond.

100' comme prévu, le VR3 m'indique temps total avant surface 83'... Je règle la PpO2 sur 1.4. Bon ben voilà il va falloir être patient. Dans ces cas là on est heureux d'avoir une purge pipi sur son vêtement, merci Franz...
En remontant, je me dis que mes deux compères sont réellement bien sympa de m'attendre en surface.
Je marque un premier palier à -27m, puis un suivant à -18m de 2'. Les quelques bulles sortant de la boucle vont avertir en surface de ma remontée en cours. Suivent -15, -12 et -9m pour 15'. Le final, 55' à -6m... Le temps record pour une plongée loisir en club...
Là il convient de respecter 1.6 au palier. Toutes les 20' je vais rincer mes petites alvéoles par 2' à l'air. Le CNS est comme un fou et explose déjà depuis un moment les 100%...
C'est marrant comme le temps passe vite à se maintenir à -6m avec cette houle qui s'est levée. Je balance le scoot le long du mouillage pour qu'il remonte seul.
Enfin, après près d'une heure à regarder passer des particules, le VR3 me délivre. Je sors après 186' de plongée...

Heureusement en surface mes deux St Bernard m'offrent une aide infinie pour remonter tout le matériel à bord, le retour tranquille à deviser sur l'intérêt de ce genre de matériel et moi la satisfaction d'un bel entraînement accomplis avec de bons enseignements sur quelques modifs à apporter aux réglages...

Promis Laurent on s'en fait une avant de partir...


Je remercie vivement Alain et Jean-Louis pour leur patience, leur disponibilité et leur gentillesse...


Repost 0
Published by Barbuzard - dans Epaves
commenter cet article
27 juillet 2009 1 27 /07 /juillet /2009 09:17

Là il faut reconnaitre que ça en jette. Nico m'a rejoint pour la sortie dominicale avec mes amis les 2 Alain accompagnés de Bruno. Au programme visite du Nadia Candela, épave d'un navire de pêche coulé par -45m. Plongée de 82'... Bonne visi pour le secteur, pas mal de vie dessus.
Repost 0
Published by Barbuzard - dans Epaves
commenter cet article
13 avril 2009 1 13 /04 /avril /2009 23:47
Sans le savoir, cette formule qui clôt les vidéos que nous montons depuis maintenant plus d'un an, prend une autre dimension.
Aujourd'hui, j'ai repris le chemin de Kerroch' avec comme objectif de se faire plaisir. Ce monde subaquatique qui nous a cruellement privé de notre ami David, sait aussi nous fournir des instants de bonheur.
Je rejoints donc Steve qui est de passage dans le secteur et Alain, mon fidèle partenaire des plongées Lorientaises.
Le programme de plongée de la journée va être revu plusieurs fois. Au départ était programmé une visite du Philomèle par -43m, mais un soucis technique sur le bateau nous entraîne à plus de prudence et à réduire la distance, direction le U171, "le soum'" comme on l'appel entre nous. La houle d'ouest et la mer croisée ne nous dit rien de bon, alors replis stratégique sous le couvert de Groix. Aujourd'hui donc, ce sera "l'épave au canon"!
Le Guido Mohring de son vrai nom était un chalutier construit en 1928, qui a servi pendant la seconde guerre comme patrouilleur pour l'armée allemande. Le 18 avril 1941, il coule suite à l'explosion d'une torpille prise dans un filet, qu'il avait pris en charge.
Maintenant, elle gît par une trentaine de mètres dans l'axe du passage du courrier de Groix.
Sa particularité est d'avoir sur son pont avant un canon de 88mm qui semble viser la surface. L'épave est très poissonneuse et abrite aussi du homard, du congre,...etc
Après avoir mouillé le Barbuz'boat sur le point GPS, nous nous préparons. Steve et Alain son en circuit ouvert avec un bon Nitrox 30 et déco O2, moi avec mon ami Boris le Dragon.
Arrivés au fond, l'ancre a glissé. Pose d'un fil, suivant la technique que m'a enseigné David (au moins 2 points d'ancrage et le fil en travers de l'épave)... Encore là le p'tit père Taz'...
La promenade au fond se fait sans encombre, nous croiserons même quelques plongeurs d'un club local.
Steve est avec moi, intrigué par ma machine, pendant qu'Alain furte dans son coin.
La visibilité très souvent réduite à cet endroit se révèle assez satisfaisante malgrés les travaux de dragage à Port-Louis.
Passage auprès du canon, les inscriptions d'angle de tir sont toujours très bien visibles. Nous irons même faire un tour le long de la chaîne à l'arrière.
Retour sur le dévidoir, direction le mouillage, je vais pouvoir retravailler mes réglages pour la déco.
A 8m, je ferme le diluant et branche donc le QC6 de ma 3l d'O2 sur l'off-board du diluant en lieu et place de ma Bailout. La boucle est rincée à l'oxy pur pour les 4' à 6m. "Tout est nominal", suivant l'expression qui fait tant rire Manu.
La seule chose qu'il y aura eu à gérer aujourd'hui n'est que ce satané joint sur le gant étanche de droite qui n'aura pas voulu remplir son rôle, préférant se charger de ma manche droite.
Aujourd'hui Prof Tautaz, tu aurais été satisfait de ton Padawan...

(Steve, tu vois j'ai rien dit sur ta remontée à bord...)



Repost 0
Published by Barbuzard - dans Epaves
commenter cet article