Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Le blog de Barbuzard
  • Le blog de Barbuzard
  • : Autour de l'approche de la plongée sous son abord technique. Plongées sur épaves profondes, spéléo, recycleurs,... Les trucs et astuces matériels, les conseils, les bons plans, les expéditions, les projets, les infos, les coins à découvrir,...
  • Contact

Profil

  • Barbuzard
  • Plongeur entre deux-eaux. Passionné et curieux, je suis un touche à tout avide de connaitre de nouveaux horizons et toujours partant pour de nouvelles aventures.
  • Plongeur entre deux-eaux. Passionné et curieux, je suis un touche à tout avide de connaitre de nouveaux horizons et toujours partant pour de nouvelles aventures.

Recherche

Archives

7 juillet 2011 4 07 /07 /juillet /2011 00:56

Il y a quelques jours, Fabrice et moi sommes allés chez Harald pour plonger au Ressel et y tourner quelques images. Fabrice qui a un oeil très efficace a réussi avec les moyens du bord et un modèle laborieux à faire deux clips promotionnels afin de remercier nos partenaires pour TAE. Je vous laisse découvrir la version longue en HD:

 

Pas mois de 11h de plongée et 7h de tournage ont été nécessaire pour ressortir ces quelques minutes. Pour les connaisseurs, nous avons plongé jusqu'à 500mde l'entrée soit -50m. Plusieurs plans des puits dont le 4 rendu célèbre par Seb Lissarrague, mais aussi la "boite aux lettre" entre la galerie des 20 et celle des 9.
Un bon rôdage pour notre expé 2011 à St Sauveur...
Repost 0
Published by Barbuzard - dans Plongée souterraine
commenter cet article
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 00:32

En attendant d'avoir les CR et la topographie de la nouvelle galerie, voici quelques images en HD tournées par Fabrice...

 

 


 
Repost 0
Published by Barbuzard - dans Plongée souterraine
commenter cet article
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 08:31

Et oui, rappelez vous l'an dernier, la porte de cet endroit mythique m'était restée inaccessible... N'étant pas du genre à baisser les bras et profitant de la petite expérience acquise lors de notre voyage en Floride, je me suis de nouveau confronté à l'antithèse de la gueule du loup.

Armé de mon harnais Ultimate, d'une combinaison humide et surtout d'une gueuse de plomb en forme de boite de petits poix, c'est confiant que cette fois ci je me représente au combat. Cette fois pas de quartiers!

Utilisant un relais équipé des fameux détendeurs Poséidon qui ont la faculté de ne pas fuser face au courant, je me lance.

Premier constat, c'est toujours aussi fort, le courant manque de m'arracher le masque. Sur ma gauche, mon pote Armel se trouve dans une position qui ne m'est pas inconnue. Il fait le drapeau, les bulles qui l'entourent formant une oeuvre éphémère tout à fait magique...

Je m'avance face à la première marche, ça passe en force. La deuxième est devant moi et c'est là que ça redouble. Heureusement mon "low-profile" me permet de passer sans trop de mal.

Ouf, enfin ça y est j'y suis. Commence pour moi le premier contact avec cet endroit tant décris par les autres et pour lequel cet année n'aura été qu'une interminable attente.

La veille avec Clément, nous avons visité Fontaine de Lussac et le puits Touloumdjian par -121m. La visibilité était assez mauvaise avec beaucoup de sédiments et une eau laiteuse. Là, vu le débit, la visibilité est bien meilleure. On peut apprécier la clareté de la roche et le différente strate qui la compose à la façon d'une tranche napolitaine...

Une faille et je me retrouve sur un tapis de fossiles. C'est magnifique. Pour avancer, je doit me déhaller en prenant appuis dessus avec précaution. Ces vestiges sous-marins sont franchement impressionnants.

Plus loin, je passe à nouveau sur une deuxième faille. Le fil part tout droit, mais une corde part verticalement. Je suis à 30m de profondeur et là sous mes pieds, un puits de plus de 15m. Tête en bas je m'engage pour visiter la suite.

A 46m, l'ordinateur me signale que la PpO2 de mon mélange nitrox à 30% est élevée. Une petite narcose me fait signe qu'il ne faudra pas descendre plus bas cette fois-ci. De toute façon, luttant face au courant toujours présent, je ne dérogerai pas de l'objectif de cette plongée qui se veut être la préparation à une future exploration avec tout mon matériel.

J'avance encore... Aller jusqu'à ce bloc de roche... J'y suis... Dernier coup d'oeil et je tourne les talons. Le bonheur maintenant de me retrouver aider du courant rend ce retour plutôt grisant. Je n'ai plus qu'à donner que quelques coup de palme pour m'orienter. La remontée du puits laisse apparaître la beauté des éléments. Je suis toujours émerveillé face à cela et ça me permet de méditer sur les forces de la nature face à la futilité du "pouvoir" des Hommes... Mais passons, je suis maintenant proche du plafond pour assister au spectacle des bulles dans les interstices... Vision métallique de ces plaque de mercure si timides qu'elles cherchent à tout prix à s'enfuir.

L'entrée n'est plus très loin, les quelques départs de plus faible diamètres sont tout aussi attirants. Je récupère mon relais et mon lestage car maintenant, il faut négocier une sortie à la façon videur de boite de nuit.

C'est avec l'impression d'une mutation temporaire en feuille d'automne que je me retrouve à nouveau dehors, pour constater que mon malheureux binôme est lui toujours à la lutte, accroché à son rocher...

Quand à moi c'est sourire aux lèvres que je sort la tête de l'eau.

C'est décidé, je reviendrai!

 

En attendant, j'ai emmené avec moi le lendemain, ma petite caméra GoPro pour vous en faire profiter "Deeper Underground"!

 

 

Repost 0
Published by Barbuzard - dans Plongée souterraine
commenter cet article
18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 06:12

Et oui une semaine ça passe vite. Elle a été riche en enseignements et en belles rencontres. On ne remerciera jamais assez Cris et Kev' pour leur gentillesse et l'organisation parfaite de ce séjour. Mais aussi, Wayne, Lamar... Sympa aussi de rencontrer Yannig le voyageur là-bas. Je ne manquerai pas de vous montrer tout ça d'ici peu. À peine arrivé, j'enchaine avec la dernière journée du Salon de la plongée à Paris porte de Versaille. Rassurez vous j'ai dormi tout le voyage et ça va bien se passer. L'occasion de rencontrer encore beaucoup d'entre vous... A bientôt!
Repost 0
Published by Barbuzard - dans Plongée souterraine
commenter cet article
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 12:31

C'est partis... Non sans mal suites aux conditions météo qui entravent les transports en ce moment, je prend les airs direction Fort White. Ce séjour nous permettra, avec Jérôme, de découvrir quelques unes des plongées mythiques de cette région de Floride. Pour nous piloter sur place, nous aurons la chance de plonger avec Lamar Hires, le Big Boss de Dive-Rite. Kevin Jones et sa femme Cris nous ont concocté un programme très sympathique. La veille de notre retour étant consacré au congrès HECC 2010. Alors suivez bien les futurs bulletins du BarbuZ'bloG... A bientôt!
Repost 0
Published by Barbuzard - dans Plongée souterraine
commenter cet article
18 novembre 2009 3 18 /11 /novembre /2009 00:20
J'y faisait allusion il y a quelques temps à l'occasion de ma dernière plongée à Font de Lussac, certains sont comme ça, ils montrent le chemin. Xavier Meniscus est de ceux-là. Il y a dix jours de cela, suite aux pluies qui sont tombées dans le sud de la France, lui et son équipe ont décidé de poursuivre l'étude et l'exploration de la résurgence de la Marnade (Gard).

Les différentes expéditions qui se sont succédées depuis 1955 (Robert Lacroux) jusqu'à Xavier en passant par les Frédéric Poggia et Vegier, Bertrand Leger, Patrick Penez et Francis Le Guen entre la fin des années 70 et le début des années 80. Les 70's marquent des progrès importants en distance avec la découverte des S1 S2 et S3, les 80's poussant le terminus par Jean Charles Chouquet à -72m en 1985.
Par la suite, c'est Frédéric Bardier qui reprendra le fil au milieu des 90's pour pousser la reconnaissance à -121m (350m). Les plongeurs locaux effectuant quand à eux le long et fastidieux travail de relevé topographique et d'aménagement du site.
Enfin, en 2002, Jérôme Meynié trouvera une suite à ce que Fred Bardier pensait être un "cul de sac". Aidé et soutenu par une équipe de choc (Thomas Baum, Jean-Marc Belin, Stéphane Friedli, Michael Keimes, Dominique Victorin) il peut pousser à -128m après y avoir trouvé un laminoir.
Deux ans plus tard, c'est donc Xavier Meniscus qui tente l'aventure avec son équipe RABA. Là le terminus est alors de -136m. A noter que pour cette plongée est utilisé un double CCR Joki.
Quelques mois après c'est un Anglais John Volanthen, équipé d'un CCR Inspiration et Joki en redondance, qui pousse à -139m.
Fort de son expérience, Xavier reprend ses explorations et avance pas à pas. -141m en 2007 et surtout cette année, en janvier, il prolonge en remontant à -136m son propre terminus, finissant dans une salle. C'est ainsi que le 8 novembre il a repris la suite pour constater le prolongement du S3 par -144m.
C'est donc au bout de plus de 10h d'immersion en totale autonomie et sans cloche de déco que Xavier a réalisé ce superbe exploit. Je me devait d'en faire l'écho.
Plus d'infos sur son site avec le récit de sa pointe.
Repost 0
Published by Barbuzard - dans Plongée souterraine
commenter cet article
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 11:45

"Les feuilles mortes se ramassent à la pelle...", c'est ce que chantait Yves Montand. Cette chanson mélancolique qui correspond pour beaucoup à cette ambiance particulière des jours qui ne cessent de se raccourcir, de ces couleurs grisées dans le ciel et feu dans la campagne. Ces tempêtes qui nous empêchent de profiter des sorties en mer, de ces crues rendant impraticables les belles cavités Lotoises... Pour ma part, je lui préfère cette version swing-jazz de Romane qui montre bien que dans ces cas là il y a toujours moyen de trouver une solution. 

 

 


Depuis notre lonnnngue plongée à Alviela, mon ami Laurent n'avait pas pu trouver un moment pour profiter des ces instants privilégiés d'une plongée avec son Inspi. Nous nous étions donc fixé un rendez-vous chez Jérôme avec quelques cavités bien choisies (Ressel, Coly,...). Las, notre vétérinaire Lotois préféré nous informe la veille du départ qu'il va plutôt nous falloir venir avec une planche de surf au vu des débits relevés ces derniers jours. Rendez-vous raté donc.
Qu'à cela ne tienne, petit tour sur Windguru... Grrr météo pas bonne pour le week-end... Bon, solution trouvée, je téléphone à Joel et Dom, nous avons toujours possibilité de trouver une cavité Bretonne dispo non? Super, nous irons donc à "La Combe aux Biches".
Cet endroit connu de certains chanceux est situé sur la propriété de Dominique, en pleine foret. C'est une ancienne carrière d'ardoise abandonnée il y a déjà plusieurs décennies. Elle offrelaparticularité pour nous plongeurs d'avoir un site permettant de travailler la technique dans un lieu insolite. Composé de plusieurs puits communiquant entre eux, le plus profond nous donne -62m théoriques (en réalité -58m du fait des dépôts de ces sacrées feuilles mortes).

null


En bas, les différents puits.

Rendez-vous donc avec Laurent à la maison vendredi soir. Préparation des gaz samedi matin et zou, en route pour "La Combe aux Biches". Pour y avoir déjà été l'an passé avec Nico, je suis assez impatient de retrouver ces lieux et pouvoir recroiser Dom et Joel.
Nous y sommes.

Bien rodés malgré les quelques temps sans immersion (un mois pour moi et deux et demi pour Laurent), nous commençons d'entrée à disposer le matériel au bord de l'eau. Pas moins de 3 aller-retours sur ce chemin abrupte et glissant seront nécessaires pour tout déposer.
Un Inspi' attendant son propriétaire.

Nous progressons donc de la mise à l'eau vers le puits suivant, via une étroiture à -8m aussi large que celle que nous avions passé à -130m à Alviela. Nous accrochons le fils dès le départ, raccordement à celui existant vers -12 puis progression jusqu'à -25 à l'entrée d'une petite galerie aménagée par les ouvriers de l'époque qui donne dans le dernier grand puits. Là Laurent accroche son dévidoir à une boucle et nous descendons directement à la verticale. En chemin nous pouvons apprécier le travail des anciens qui avaient installé des promontoires en bois pour disposer des échelles. Décidément la sécurité est relative en fonction des époques...
-50m, brrrr ça se rafraîchis. Des 11°C au départ, nous avions depuis un moment 9°C depuis -8m et là d'un coup nous trouvons une thermocline à 7°C (ça pique un peu au visage). La visibilité d'un coup se dégrade. Un petit nuage blanchâtre nous indique que le fond arrive. -57m sblouk! La lumière s'éteint, le phare Métalsub malgré ses 50w HID ne donne plus rien. Ah c'est le dépôt du fond qui s'est collé sur la vitre... Pas de problème.
Arrivés là, Laurent commence la remontée sur le fil. A -43m, nous trouvons le fameux passage qui communique avec la galerie d'avant. D'un geste nous sommes ok de revenir le lendemain pour passer par là. -30m une margelle où certains se posaient pour les travaux dans la mine. Mince c'est pas large...
Retour à la galerie, nous poursuivons notre retour. -12m, je reprend mon fil et arrivés dans le premier trou nous finissons nos paliers à -9 et -6m tranquillement. Là Laurent clampe son oxy sur l'entrée du diluant, comme moi, pour pouvoir flusher son recycleur en oxygène pur et ainsi s'approcher des 1.6 de PpO2 grâce à son ADV (détendeur délivrant le gaz diluant), sans avoir à appuyer sans cesse sur l'injecteur.
Après 75' de plongée, nous retrouvons la surface, ravis de cette belle petite ballade.
En haut nous sommes accueillis par Dom, sa femme et Joel. Les bons moments après plongée où on peut partager les impressions entre nous. Ils nous confirment ce que nous avions vu au fond et la possibilité de passer par l'arche à -43m. Laurent prend un cours sur l'historique du site. Vraiment très intéressant. L'entretien et une grande tâche à laquelle nous pouvons voir que Dom et sa carrure de bûcheron s'attelle sans problèmes.
Retour maison, gonflage... Tiens en 25' on a déjà fini... Merci les recyclos... Le bidouze a du bon, enfin là...
Une bonne petite soirée à deviser autour d'un plat de nems maison réalisés par Alex nous retape pour le lendemain.
Dimanche donc, nous retrouvons ce petit bois Breton et re-portage de matos... Le temps est moins agréable mais qu'importe nous sommes décidé à respecter notre planning. Pose de fil du départ à -25 (entrée de la galerie), descente à -43, passage sous l'arche vers le dernier puits, pas de descente plus bas que -50m, remontée vers -25m, puis repassage sous l'arche à -43m pour retrouver le début du fil. C'est à ce point bas du retour que mon dévidoir décide de se coincer complètement... Et c'est partis pour la confection d'une grosse pelote de fil autour de ce truc inutile qu'est un dévidoir bloqué... 20m à faire ça avec des gants étanche tu as le temps de réfléchir à ce que tu dois acheter prochainement...
Bref, retour au point de départ dans notre trou et c'est partis pour une longue déco. Laurent avait un 12/45 mais moi un 10/70, je me retrouve donc avec 12' de paliers en plus à 6m. Bon, comparé aux 45' que Laurent nous a collé à Alviela, j'ai encore du crédit Héhé!!!
Après 85', nous sortons enfin et sous les gouttes, nous remontons le matériel tranquillement, profitant encore un peu de la beauté de l'endroit.

 C'est certain nous y sommes

Le début de la descente

Vu d'en bas, le chemin d'accès.

Laurent a les yeux grands ouverts. Pris par le côté insolite de ce site, il a hâte de voir plus bas.
Nous nous fixons pour cette première comme objectif d'aller sonder le dernier puits pour travailler stabilité, config', orientation avec dépose de fil et la déco (passage en full-oxy à 6m).

 


Prochaine étape maintenant, la période de maintenance du matériel, la révision des détendeurs (petites fuites ça et là), amélioration de la config' (un harnais plus facile à remettre sous l'eau pour moi), trouver un dévidoir imbloquable, le tout en se tenant près au cas où Miss Météo nous permette de se retrouver une fois de plus pour de nouvelles aventures...

PS: pour info, ce qui a rythmé notre week-end

Repost 0
Published by Barbuzard - dans Plongée souterraine
commenter cet article
14 octobre 2009 3 14 /10 /octobre /2009 23:27
Chaque fois que je me suis retrouvé confronté à des défis, j'ai toujours eu une pensée sincère pour les pionniers. De mon expérience passée à sillonner les routes et les montagnes, c'était les Henri Desgranges, les frêres Pelissier, Eugène Christophe et plus près de nous les Robic, Bobet, Coppi, Anquetil, Fignon et Moser... Tous ont à leur manière marqué pour moi des étapes importantes dans les choses que je pouvais espérer toucher du bout du doigt.
Dans le monde de la plongée sout', ce sont les puits Le Guen, puits Foucard, Touloumdjian, galerie Bernabé, terminus Meynié ou Meniscus, qui jalonnent la marche à suivre. Ceux ci ont eu pour prédécesseurs des audacieux comme Norbert Casteret ou encore Edouard-Alfred Martel, des aventuriers qui, si nous les croisions maintenant au bord des vasques, s'empresseraient à coup sûr de nous piquer nos machines pour aller voir. Bref, ils ont eu l'idée un jour de percer le mystère de ces mondes engloutis et nous marchons dans leurs pas.

Ainsi, depuis un mois, nous nous sommes rendu trois fois à côté d'Angoulème, aux sources de la Touvre. J'ai pu, avec Nico, une première fois, visiter le puits Touloumdjian, afin de vérifier le fil et le débit dans l'aval, par -121m, observant la merveille de cette faille verticale dans cette roche blanche sculptée par les éléments et que le séisme de Lisbonne en 1755 a ouverte. C'était pas moins de 3h30 de plongée qui nous ont transporté à travers les âges par le biais des strates...
Une première tentative avortée dans le Bouillant voisin suivie d'une dépose de blocs pour Géry et Vincent en haut du puits Foucard me motive pour une prochaine visite plus bas.
J'ai lu aussi les derniers récits sur ce que Pascal et Jérôme (et là)y avaient vu. Des volumes gigantesques, jusque là impossibles à estimer tellement la lumière se perd dans l'immensité.

Dans la continuité de nos dernières plongées engagées, la préparation sera assez aisée (les gaz sont prêt) et le mental est au top. Le samedi, je dépose des blocs de sécu jusqu'à -70m, mais cette fois pour moi. Ce sera l'occasion pour Arnaud de faire sa toute première souterraine (-80m en OC au 18/40), retour en 46'.
La soirée, nous profitons des anecdotes de Jean Pierre Stéfanato sur les différents spots de sa longue et formidable expérience.
Petite matinée à peaufiner les gonflages et c'est oxy boosté et diluants au top que la troupe se présente sur le site.
Mise à l'eau, les derniers blocs gréés, Boris préchauffé et en pleine forme, Zou! Un dernier signe, vidage des volumes et c'est partis. Gery va me suivre jusqu'à la bifurcation car pour lui c'est l'exploration de départs dans le puits Touloum' qui l'intéresse. Pour ma part, le but est de vérifier une fois de plus l'état du fil et prendre connaissance des lieux pour une suite éventuelle vers un départ ou vers une remontée vers une voûte.
Clignotant à gauche, je me retrouve seul dans la galerie des 70m quand s'ouvre enfin cette fameuse faille sous mes palmes.
Une belle et longue descente le long de cette roche sédimentaire. -90, -100, -110, -120... J'aperçois le fond... Je gonfle et m'arrête pile 20cm au dessus du plomb rouge lestant le bas de cette corde. -131m! Devant moi, le vide...
Je vois bien cette paroi dont m'a parlé Jérôme. Je me déplace de quelques 2-3 mètres pour tenter de voir le halo se poser sur quelque chose... Rien! Immense! En haut pareil. La seule chose palpable c'est cette parois derrière moi, le seul lien cette cordelette plombée... Contrairement à Alviela où je plongeait à l'Heliox, là le Trimix 7/70 est un véritable bonheur, aucun tremblement.
38' dont 2' ici et déjà le TTS de l'afficheur de l'Ouroboros me signale 152' de déco. Le plaisir a un coût!
La remontée est lente, j'observe chaque détail, chaque facette de cette sculpture géante... Les minutes de TTS descendent, le nouveau VGM installé sur mon POD me donne un premier palier à -96m!!! En remontant, ce sera finalement à -72m que le chrono m'arrêtera, à quelques encablures de la bascule vers mon relais. Dans la galerie, un léger courant me pousse tandis que je me bagarre avec un mousqueton rebel. La bifurcation, la remontée se poursuit et là les innombrables deepstops tout les 3m et de plus en plus long vont me permettre de scruter encore plus les détails: es fossiles dans la roche, les changements de structure, les volumes, les couleurs...
-30m, un frisson me fait signe que je dégaze bien l'helium. Je reconnaît bien cette sensation maintenant. La sensation de froid ne durera pas grâce à ma néo-compressée SF Tech...
-24m, une couche imposante de coquillages se laisse décortiquer du regard pendant les quelques 8' à passer.
-18m je vais enfin croiser un autre cyclopnéiste stygophyle. C'est Jean Pierre, il me signale qu'il va faire un tour à -40 pour faire des prélèvements et que Gery est déjà à -12m.
-15m, je reçoit la visite de Sylvain qui s'émerveille de la beauté de l'entrée, éclairée par ma Métalsub HID200.
-12m, enfin! Sylvain me débarrasse des gaz fond, -40 et -70...Gery est encore là pour quelques minutes. Le temps de s'échanger quelques mots (merci la boucle) m'annonçant la découverte d'un départ et la confirmation de celui de Vincent, je fonce dans la cloche respirer de l'O2 en OC au sec. Las, le plafond est bas, il va falloir faire avec pendant 80'.
Boris est dehors, fermé, suspendu à la cloche. Mon relais de 10/70 me servira de rinçage et le narguilé d'oxygène un gros plus par rapport au Portugal (pas de dépendance des blocs et en cas de panne, c'est piloté de là-haut). La purge dans la cloche me permet aussi de gérer le trop-plein de gaz et de rester dans un silence relatif.
Je peut manger et boire, je somnole...
Un changement rapide de bouteille en surface et je part pour mes dernières 20'.
Enfin, il est temps de quitter mon gîte de fortune. Mais, seul, je bataille pendant de longue minutes pour renfiler le harnais... Chose faite finalement mais cette épisode ne restera pas anodin...
Je fais le ménage, récupère tous les blocs et direction la surface tout doucement.
Au bout de 212' je sort enfin.
A peine assis sur le bord, je suis assaillis de questions par les promeneurs du dimanche... Je préfère remonter de suite...
Pendant que je me déséquipe, Arnaud va me finir ma chaux en essayant la bête.
Le retour se fait encore une fois des images plein la tête mais aussi avec ce signal corporel qui nous rappel que malgré le progrès, de telles plongées sont extrêmement exigeantes.
Je ne peut m'empêcher d'imaginer les impressions de tous ces pionniers qui sont venu là et qui pour la première fois ont pu profiter de ce spectacle. Merci à eux pour le chemin laissé...


Je tiens aussi à remercier JP Stéfanato et JC Dubois pour nous permettre ces explorations avec le partenariat de la COMAGA. L'exploration du site se poursuit.
Christophe merci pour la maison c'est super!

(désolé Gery mais celle là je ne pouvait pas ne pas la mettre)
Repost 0
Published by Barbuzard - dans Plongée souterraine
commenter cet article
14 octobre 2009 3 14 /10 /octobre /2009 18:29
Il y a de cela quelques mois, mon ami Arnaud avait essayé une formation sur recycleur. C'est même à mon avis à l'annonce de sa décision de "sauter" le pas que mes hésitations se sont dissipées.
Malheureusement, sa première expérience ne s'avérera pas être une partie de plaisir. Une fois cet évènement digéré, notre Tatasse national n'étant pas un perdreau de l'année, se remet en quête d'essais de différentes machines. C'est ainsi qu'il a essayé le rEvo il y a quelques temps et que nous avions convenu d'un essai du Boris le week-end dernier.

La suite c'est lui qui la raconte:

"Ça a commence comme souvent par un coup de fil:
"Eh dis Barnab', samedi prochain ça a l'air pas mal comme coeffs, et si on se faisait le Bon Songe (une épave par -70m au large de l'île de Groix) depuis le temps qu'on en parle ? en même temps tu pourrais me faire essayer ton Boris a la cale de mise a l'eau kek t'en dis l'Barbu ?"

"Ouep, on peut se faire ça, panipwoblem'...j'te tiens au courant dans la semaine...".

Ainsi dans la semaine:
"euh dis Tatasse, comment dire... bon la météo tu vois...c'est pas génial, il risque d'y avoir du vent etc etc...alors sais pas trop si..."

Mouais du vent, c'est pas ça qui manque dans le coin mais je sens que l'arsouille a autre chose en tete
"Ecoute, prends ton week-end en entier, on va aller faire de la speleo, y'a un truc super sympa a faire, idéal pour les débutants de ton style, on sera que quatre et en plus on peut pas y aller tout le temps dans ce trou car soumis à autorisations..."

De la speleo Shocked c'est pas ce truc ou la mer est dans un Gruyère avec des gens qui font exprès d'y laisser des fils de pèche ?

"ben tu sais moi les tunnels sans poissons et sans ferraille rouillée une fois arrive au fond...pis ça fait peur ces machins la non ? Embarassed "

"T'OCCUPES ET VIENS !"

"OK Embarassed "

Échelle d'angoisse: 1/10

Nous v'la donc partie direction Angouleme pour la source de la Touvre, à Fontaine de Lussac.

On s'arrêtera en chemin prendre un Borisoide Guerandais, un personnage haut en couleur au caractère affirmé, mais qui connaît visiblement TRES BIEN son affaire .
A 3 dans le Van, ca fait un peu de matos quand même, surtout que le programme a l'air...pointu
 

Durant les 4h de route on parlera de profils, de tirage de fils, de pointe, de Boris, de config'...bref j'apprends plein de trucs
Bien sur je pose des tonnes de question (tatasse inside):" c'est large comment dedans ? on y voit a peu près dans votre labyrinthe la ? ça monte ? ça descend ? vous me tenez la main un peu quand même au début ? j'vais rayer mon bi ? "

Échelle d'angoisse: 2/10

Ce n'est donc que vers 16-17h que nous arriverons au bord de Font de Lussac ou nous attend déjà Jean-Pierre Stefanato (Président du CNPS), grâce a qui nous aurons l'accès a la source apres autorisation de la COMAGA qui gère le site.
(un TRES GRAND merci à toi JP, de ton accueil pour le néo-débutant que je suis ainsi que pour les nombreuses anecdotes racontées tard le soir devant la Pizza/Grappa ...ainsi que pour les 50 centimes de reduc' sur ce que tu sais )
Lui aussi n'est pas venu les mains vide, mais ou que je suis tombé moi Embarassed

 
"Bon, viens voir Arnaud, on va te montrer ou tu plonges avec Barnabe...voila, c'est ça fontaine de Lussac"


 

Shocked Shocked Shocked

"L'est ou la flotte ? y'a pas de bateau ? y'a qu'une marre de chiotte la Shocked "

"ben tu vas plonger en dessous, tu vois c'est simple "

Échelle d'angoisse: 3/10

Le programme est simple: ce samedi la mission pour Barnabe sera de déposer des blocs relais à -70m dans la galerie qui mène au grand puits Foucard, celui qui descend le plus profond, en prévision de la plongée du lendemain à -131m au fond de celui-ci.
Pendant ce temps la, Jean-Pierre et Gery (je ne l'avais pas nomme le 3ème larron ? voila c'est fait ) tenteront de franchir le "Bouillant", une source collée à Font de Lussac, ou il faut mettre des "couilles de loup" de 6kg pour passer un venturi des plus sévères..
(des couilles de loup, z'ont de sacres termes quand même les grotteux )
Le Bouillant c'est ça, et c'est d'un bleu de toute beauté:
 

Ma mission à moi: suivre barnab' pour la dépose de bloc à -70m Shocked

Échelle d'angoisse: 4/10

Ayant bien evidemment discuté de tout cela avant par email et téléphone, et pris le maximum de renseignements, il s'avérait que la galerie était assez large (pas d'endroit de passage en force, pas de grosse touille si on faisait attention ou on mettait les palmes). Le profil de la galerie ressemblait a ce que je faisais en mer, cela ne faisait que descendre, pas de longues progressions en horizontal et pas de bifurcation avant les 70m donc pas de risque de se tromper de chemin: si ça descend a l'aller, le retour c'est la ou ça monte.
De plus, la galerie est équipe d'un gros fil (en fait c'est une corde épaisse de speleo bien tendue) que je n'aurai qu'a suivre et a ne pas quitter des yeux ni du bout des doigts.)
Ma config' ne changeait pas par rapport a celle que j'ai depuis toujours, un bi isolable, 1 phare 2 lampes, deux decos.
Je prendrai juste un VR3 en plus de mon timer/plaquette, juste pour voir comment c'est sous l'eau (moi y'en avoir jamais eu d'ordi mimix, c'était l'occaz de voir cela )

On met les blocs deco près de la vasque après avoir descendu une pente raide d'une quinzaine de mètre:
 

(l'est a ki le bi ? ben a bibi )

On s'équipe...et c'est parti Embarassed

J'avais pour seule vraie angoisse cette idée de plonger dans un tunnel, et n'avais aucune idée de comment j'allais réagir face a cela.
Aussi, bien que nous ayons prévu pour moi un RT à -75m, j'avais dit à Barnab':" tu fais ce que tu as a faire, ne t'étonnes pas si tu vois que des les premières dizaines de mètres je ne sois plus la, c'est que je le sens pas et que j'aurai fait demi tour...moi c'est un bapteme speleo que je fais, une découverte, si me sens pas bien ben resterai traîner a l'entrée du boyau avec les fossiles et autres petites crevettes qui traînaillent par la...

Le fond de la vasque étant à -12m, on y dépose les blocs oxy. Sur ma gauche il y a une cloche de décompression (tiens ça ressemble à ça une cloche ? bon OK c'est comme ca ) qui servira le lendemain.

L'entrée de la galerie est la, juste a cote, avec ce gros fil qui débute (ok c'est pas du fil de 2mm, il ne se sont pas foutu de moi, c'est bien de la corde d'escalade bien costaud bien solide, viens par ici toi, on a des choses a se dire )

L'entrée dans le boyau se fait naturellement et je suis les palmes du Borisoide Pontivien. Mon 10w HID couplé a son Metalsub 50WHID révèle toute la beauté de l'endroit...Wouah...j'y suis pour de bon sous la terre

Nous progressons sur un "plat" à 20m de profondeur, la voûte est parfois visible quasi en entier, il y a des "vaguelettes" de roche sur les murs...bref, Tatasse a les yeux qui s'écarquillent
Le fil est mon ami et je commence deja a voir que par endroit, mon phare éclaire dans le "vide"...aller se promener par "la-bas" ne serait pas une bonne idée...comment ferais je pour retrouver ce fil d'ailleurs ensuite ?

Ah, un précipice arrive...comment je me sens pensais-je ? ben bien ma foi...donc je suis le mouvement (je pense donc je suis )
Cette descente me rassure plus que les "longueurs" a faire sous plafond, ça me rappelle les descentes le long des lignes de mouillage: Yalla !

Arrives au -40m, le Babru dépose une première série de bloc. C'est pas que je m'ennuie moi mais j'ai un RT à suivre et le VR3 ben il est là pour la décoration, je sais pas m'en servir, je regarde juste de temps temps ce qu'il marque, c'est déjà pas mal.
Donc FEU !
La ça descend vraiment bien droit (en devers en fait) et je prends un trip sévère

A -70m je vois une corde plus fine qui part de la Grosse, vers une autre galerie...c'est par la que Barnab' ira déposer les Blocs pour la plongée du lendemain. A cette intersection il y a une grosse affichette qui pointe vers le haut ou il est écrit "SORTIE", en direction de ma grosse corde (ça tombe bien ces petits panneaux rassurants Embarassed )
Coup d'oeil sur le RT, je suis largement en avance, vais donc suivre ma grosse corde un chouilla, le RT étant prévu pour 75m. La je suis dans le puits Touloumdjian.
-75m...pffff moi qui aime les comptes rond en plus...allez glissage, -80m et fin du sketch, maintenant il s'agit de rentrer à la maison.

En fait la je m'aperçois que je suis tout seul Barnab' étant parti lui dans l'autre galerie plus haut, y'a pas de lumière sous mes palmes (qu'un grand vide) et au dessus non plus. Bon ben ça me dérange pas plus que ça, y'a qu'a remonter après tout.
Je retrouve la bifurcation, la flèche qui pointe la sortie vers le haut et je reste sur la Grosse corde...je remonte...
C'est là que mon petit cerveau de poulpe décide de monter sur un vélo
"C'est bien par la la sortie au moins ?" ben oui
"T'en es sur" ben oui j'ai vu le panneau
"T'es sur la petite corde ou la grosse ?" ben la grosse pov' naze tu vois pas ? tu l'as pas lâché depuis le début
"Elle monte cette corde ou elle est sur un plan plat ?"

T'ARRÊTES OUAIS !!!

Sale moment d'une trentaine de seconde qui dure jusqu'à ce que je reconnaisse une caouetch posé la et vue à l'aller.
Arrivé aux 40m je retrouve donc les blocs de deco poses par Barnab' (j'ai toujours été une bête en orientation sous marines )
Ayant retrouvé a ce moment pleine sérénité, me suis fait un petit test:
Colle le phare contre la cuisse pour éteindre la lumière et pose la main juste a cote du fil...ben ça doit pas être jojo quand ça arrive aux mecs qui se perdent en mer le chemin même dans le black c'est tout droit...là c'est pas pareil (je suis pas dans mon milieu et il me le fait tres bien sentir)

A -40m je rattrape la fin de mon temps fond, c'est dire la marge de secu que j'avais. La progression vers la sortie se fera en rattrapant au fur et a mesure mon RT, profitant ainsi pleinement de beauté des lieux.
Le Barbu m'ayant rattrapé vers les 35m je crois.

Le lendemain Barnabé affichera -131m au compteur en arrivant au terminus du puits Foucard, au terme d'une plongée de 3h (dont quasi 2 dans la cloche)

Gery ira tirer du fil dans un "chemin" inconnu dans les -100m.
 

 
(auparavant nous aurons passe la matinée à bouiner des chaffrouins sur des clavettes embiellées (Erwan ), pour regonfler ce qui devait l'etre, et Jean-Pierre nous fera un petit cour sur les EDO et JOKER qui deviennent des JOKI (j'ai écouté mais j'ai pas tout compris désolé JP )
 
 

Quant à moi j'irai faire joujou dans la vasque avec un nouvel ami qui m'a sourit
 
 

Un tres grand merci à Monsieur Jean-Pierre Stefanato, pour son accueil, sa gentillesse, son humilité et le site proposé pour faire MON baptême speleo
Merci aussi à Géry Hondeville pour le partage de son expérience sur les recycleurs, ses yeux grand ouvert des qu'il parle d'une galerie, d'un siphon et la prise en main du Tatasse pour son Baptême en Ouroboros (j'ai touché le fond de Lussac !...et la photo en chaussette tu y as échappé de peu )
Merci enfin à l'abominaffreux Barbuzard de m'avoir intronisé dans ce milieu et permis la rencontre avec ces amoureux des entrailles de la terre.



(* cyclopnesite: qui respire en rond, Stygobie: qui passe son temps sous l'eau des cavernes)"

N'en déplaise à certains, pour Arnaud, sa première expérience en souterraine lui était accessible dans ces conditions car c'est avant tout un très bon plongeur profond et que sa config' matériel n'avait rien à changer. De plus pour un plongeur "mer" de ce calibre, la Font de Lussac était toute indiquée pour ce genre de découverte.

Bon, la suite nous dira si les Breizh Boris Boys compteront un membre de plus dans la confrérie...



(Aux dernières nouvelles il semblerai que... mais chuuut...! J'ai rien dit...)
Repost 0
Published by Barbuzard - dans Plongée souterraine
commenter cet article
7 octobre 2009 3 07 /10 /octobre /2009 14:35
Dans cet article, je vous reproduit, avec son autorisation, le compte rendu "Fil 20" de Jean Pierre Stefanato au sujet du premier week-end aux sources de la Touvre. C'est lors de cette cession que j'ai effectué ma progression avec Nico dans le puits Touloumdjian jusqu'à -121m. Mais, il n'y a pas eu que ça voyez plutôt:

" Cette fin d’été est marquée par un étiage qui, sans atteindre la sécheresse de 2005, est nettement plus marqué que l’an dernier. C’est donc dès la fin août que nous reprenons le chemin des sources, toujours en partenariat avec la ComAGA, propriétaire et gestionnaire du site.

 

LA FONT DE LUSSAC

 

Le 29 août nous réunissons 6 plongeurs pour une reconnaissance à -100 dans le puits Foucart par Laurent LABOUBEE et un dépôt de blocs de sécurité en vue des plongées ultérieures. La visibilité de 4 m se dégrade rapidement en raison des dépôts sur les parois et du manque de courant.

 

Le 12 septembre Nicolas FEBVAY et Barnabé MOULIN font une reconnaissance à -121 en bas du puits Touloumdjian et signalent l’absence de courant à l’entrée de la galerie aval. Dépôt de matériel en vue des plongées du lendemain.

 

Le 13, Jean-Christophe BUBOIS et Sylvain ALAUX installent la cloche à -12 pour faciliter la décompression de Jérôme MEYNIE et Géry HONDEVILLE. Ils descendent à -130 mais ne parviennent pas à décrocher la balise abandonnée là l’an dernier suite aux repérages électromagnétiques.

 

De son côté Vincent FERRAND descend voir l’aval qu’il avait déjà exploré sur 50 m en 2003. Suite à une erreur d’orientation due au manque de courant, il s’engage à -121 du mauvais côté avant de retrouver son fil et la bonne galerie. Il porte le précédent terminus à 70 m de la base du puits Touloumdjian avec une remontée à -107 m. La galerie semble continuer à remonter. Deux prises d’azimut viennent confirmer l’orientation à 330 – 340° qui est celle d’une fracturation majeure de la zone.

 

C’est Barnabé qui assure les plongées de liaison avec les plongeurs pendant leur lente remontée vers la surface, sous la supervision de Jean-Pierre STEFANATO.

 

Nous envisageons de revenir début octobre pour une ultime tentative de récupération de la balise à -130. La zone profonde mérite aussi d’être nettoyée des vieux fils qui l’encombrent et qui se dégradent après chaque hiver.

 

 

LE BOUILLANT

 

Le 30 août le débit des sources à 4,6 m3/s nous incite à tenter le franchissement du Bouillant avec les recycleurs. Avec Laurent LABOUBEE nous y parvenons en respirant toutefois sur un détendeur pour franchir le venturi de -18 à -20, soient 2 mètres de dénivelé particulièrement intenses ! Les cinq autres participants s’exercent avec plus ou moins de bonheur au franchissement du venturi et à la progression à contre-courant dans les galeries.

 

Nous informons la ComAGA de la possibilité de réaliser les repérages ajournés les années précédentes et rendez-vous est pris pour le week-end suivant.

 

Le 5 septembre nous retrouvons Daniel VALADE, ses équipiers et ses balises. La source est rééquipée en fil neuf de -30 jusqu’au début du grand puits. Une première balise légère est déposée à -30 puis ressortie une fois le repérage terminé.

 

Le lendemain c’est une balise plus volumineuse qui franchit le venturi, tractée depuis le fond avec une corde. Son portage s’avère particulièrement pénible dans le courant. Le scooter, même à fond, fait du sur-place et il faut palmer tout en se tractant de l’autre main sur le sol. Heureusement, le recycleur supporte ces efforts, même si les injections d’oxygène sont nettement plus fréquentes qu’à l’accoutumée.

 

Le repérage en surface est effectué pendant les paliers du porteur puis la balise est ressortie avec plus de facilité, le courant étant cette fois favorable. Toutefois cette facilité n’est qu’apparente puisque l’inertie de l’équipage augmente le risque de s’emmêler dans le fil ou d’être aspiré dans une galerie annexe.

 

Les repérages de cette année au Bouillant et de l’an dernier à la Font de Lussac nous permettent de recaler nos topographies et apportent à l’exploitant des sources des éléments de décision en vue d’un éventuel forage. Ce déplacement du captage permettrait en effet de lever la menace de clôture totale du site dont les plongeurs seraient les premières victimes ainsi que les nombreux promeneurs qui viennent depuis toujours apprécier la fraîcheur des sources.

 

Le 12 septembre, plongée récréative, après tous les efforts du précédent dimanche. Je descends à 103 m dans le grand puits accompagné jusqu’à -65 par Jean-Christophe DUBOIS. Nos observations jusqu’à -80 confirment mes relevés topographiques de 1989 et 90. Plus bas je découvre le paysage. Le puits se transforme en galerie très inclinée, le fil passe sous une dalle qui n’était certainement pas là quand il a été posé vingt ans plus tôt. Il continue cependant en bon état. Cette zone mériterait une fouille minutieuse mais je me sens bien petit tout seul accroché à mon fil. Il faudrait revenir à deux plongeurs puissamment éclairés afin d’inspecter le plafond et la paroi opposée au fil.

 

Le lendemain plusieurs plongeurs visitent la source, dont Pierre PRAUD jusqu’à -65. A l’aide d’outils de BTP, et à la grande joie des promeneurs qui n’ont jamais vu le Bouillant bouillir de la sorte, Jean-Christophe plante une solide cheville qui devrait nous permettre d’installer une cloche de décompression dans la vasque. 14 plongeurs ont participé à cette sortie.

 

 

PARTICIPANTS

 

Comités représentés : CIALPC, BPL, IDFP, RABA

 

Plongeurs souterrains : Laurent LABOUBEE, Christophe PERINGUEY, Christophe DEBRIS, Jean-Christophe DUBOIS, Jean-Pierre STEFANATO, Gilles JOLIT, Jean-Paul DIGEON, Jean-Jacques ELION, Clément CHAPUT, Eric CHARBONNIER, Bruno POMMEPUY, Pierre PRAUD, Jérôme MEYNIE, Géry HONDEVILLE, Barnabé MOULIN, Vincent FERRAND, Nicolas FEBVAY, Laurent GRENON.

 

Plongeurs d’assistance : Fabien PELLETIER, Thomas AUGEIX, Frédéric DESEMERY, Hubert LAURENT, Sylvain ALAUX, Christophe BREMAUD, Célia GONZALES, Aurélie CHATELIER"

 

A noter que depuis, le week-end dernier, Gery a remonté la balise de -131m, Vincent a fait une belle progression dans l'aval sur 60m et a découvert un nouveau passage. Jérôme suite à un ennuis technique a fait demi-tour à -75m sans aucun danger.

Et dans trois jours, on remet ça!!!

Oui oui, Caliméro là c'est Gery...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Barbuzard - dans Plongée souterraine
commenter cet article